Review : ‘The Haunted Mansion, Frights of Fancy’ by Sina Grace

Publié par IDW Publishing en Août 2020, ‘The Haunted Mansion : Frights of Fancy’ est un roman graphique sorti pour célébrer le cinquantième anniversaire de l’attraction originale de Disneyland. Le scénario est de Sina Grace, illustré par Egle Bartolini et Nicoletta Baldari et nous présente une histoire inédite.

L’Histoire

Une nouvelle résidente arrive à la Haunted Mansion, une maison de retraite pour fantômes. Sydney Campbell est une revenante moderne qui s’est retrouvée sans logis après que l’hôtel qu’elle hantait ait été démoli. Elle attire l’attention de tous les esprits et Constance, la mariée qui règne sur les lieux, en est immédiatement jalouse. Elle lui propose un marché : L’anniversaire du manoir arrive bientôt et si la jeune fille parvient à le rendre encore plus effrayant pour l’occasion, elle pourra rester. Sydney accepte le défi mais l’équipe de fantômes désignée pour l’aider ne semble pas très coopérative. Heureusement, elle pourra compter sur le soutien de sa nouvelle amie, Sally Slater, pour mener à bien sa mission.

Avis

J’ai immédiatement été attirée par les illustrations qui sont, selon-moi, le plus gros point fort de cette BD. Les images sont superbes et ont un style très mignon qui rend le tout vraiment agréable à l’œil. Il y a de beaux effets de transparence et de luminescence sur les fantômes et l’ambiance de The Haunted Mansion est bien retranscrite. On retrouve plein de références visuelles à l’attraction, surtout dans les décors et les scènes figurant beaucoup de monde. Les connaisseurs reconnaîtront des personnages secondaires et des éléments issus du ride. Les clins d’œil vont même chercher du côté des concepts arts originaux de Marc Davis et X Atencio. Pour citer un exemple, l’héroïne, Sydney porte un tee-shirt avec une tête de chat noir borgne qui n’est pas sans rappeler le projet avorté d’avoir un tel chat comme Ghost Host. A la fin du livre, il y a quelques pages sur l’histoire de l’attraction illustrées de photographies, ce qui est appréciable, surtout pour ceux qui ne sont pas familiers avec le ride. J’ai personnellement beaucoup aimé la petite section des recherches graphiques de décors et de personnages par les illustratrices.

Les fans regretteront peut-être le fait que certains fantômes iconiques soient sous-exploités ou absents mais il y a tellement de personnages dans The Haunted Mansion qu’à chaque adaptation, il faut faire des choix, surtout dans le cas d’une histoire courte. Ici, les personnages mis en avant sont Sally Slater, Constance, Pickwick, Oncle Théodore et les Duellistes. Malheureusement, ce même format court rend aussi les protagonistes unidimensionnels : Sydney est très zélée, Sally est la bonne copine et Constance est présentée comme une vraie peste avec un égo surdimensionné.

L’intrigue est un peu brumeuse au premier abord, comme si il manquait parfois des cases. Par exemple, des personnages changent d’avis ou d’attitude et on ne nous montre ni ne nous explique pourquoi. L’histoire n’est pas difficile à comprendre mais j’ai dû la relire plusieurs fois pour arriver à vraiment cerner ses intentions et son message. Il y a au final peu d’action et le scénario aurait mérité d’être un peu plus développé. L’idée d’introduire un nouveau fantôme dans le manoir et d’en faire une sorte de coach the hantise est bonne mais elle aurait pu être traitée autrement. Le côté ‘managment’ qui tient une place importante dans l’intrigue est assez mal amené. Il aurait fallu le pousser plus loin pour que ça fonctionne vraiment si c’était vraiment le but recherché. D’un autre côté, il peut aussi enlever de l’aura magique du lieu aux yeux de certains lecteurs, surtout les plus jeunes. Cependant, je fus agréablement surprise de voir à quel point Sydney, qui est un esprit ‘moderne’ s’intègre bien au milieu des autres, issus de périodes antérieures. C’est un personnage optimiste et volontaire auquel on peut s’attacher et on ne peut qu’adorer Sally pour toute la bienveillance dont elle fait preuve.                                                                                                                                                              

Même si l’histoire est assez moyenne, Frights of Fancy réussit cependant à instaurer une ambiance. Il offre une vision agréable d’une tranche de vie (ou de mort) dans la Haunted Mansion et donne envie de côtoyer ses paisibles résidents fantomatiques. L’auteur a essayé de s’affranchir de ce qui avait déjà été fait et ne s’est pas forcé à mettre des répliques de l’attraction dans les dialogues – et c’est tout à son honneur. Il a également vraiment centré l’histoire sur les fantômes, en particulier les personnages féminins, à tel point que la présence des visiteurs mortels est anecdotique.

Pour conclure, The Haunted Mansion : Frights of Fancy est une mignonne petite BD qui fait passer un bon moment. Ni mauvaise, ni chef d’œuvre, elle offre cependant un joli message sur la confiance, la solidarité et l’importance du travail d’équipe où le talent de chacun permet de créer un juste équilibre entre la tradition et le changement. Il n’existe malheureusement pas de version traduite mais je vous la recommande si vous êtes à l’aise avec l’anglais, si vous êtes fan de The Haunted Mansion ou si vous êtes simplement curieux.

Galaad Spectre

***************************************

Review : The Haunted Mansion, Frights of Fancy by Sina Grace

Edited by IDW Publishing in August 2020, ‘The Haunted Mansion : Frights of Fancy’ is a graphic novel released to celebrate the original Disneyland attraction’s 50th anniversary. The scenario is written by Sina Grace and illustrated by Egle Bartolini and Nicoletta Baldari and it presents a completely original story.

The Story

A new resident arrives at the Haunted Mansion, a retirement home for ghosts. Sydney Campbell is a mordern revenant who lost her haunting ground when the hotel she used to haunt was demolished. She caught the attention of all the happy haunts and Constance, the bride who seems to own this place, gets immediately jealous of her. She makes a deal with her : As the Mansion’s anniversary is drawing near, she is asked to make it scarier for this occasion and if she succeeds, she can stay here. Sydney accepts the deal but the team of ghosts designed to assist her doesn’t seem to be into it. Luckily, she can count on the help of her new friend, Sally Slater to achieve her goal.

Thoughts

I was immediately attracted by the illustrations that are, in my opinion, the strongest part of this comic. The pictures are beautiful and the style is very cute, which makes it all pleasant to the eye. There are pretty transparency and light effects on the ghosts and the Haunted Mansion’s ambience is well transcribed. There are many visual references to the attraction, especially in the sets and scenes featuring a lot of characters. Fans will recognize many characters and elements from the ride. Some easter eggs are even inspired by original concepts arts by Marc Davis and X Atencio. As an example, the heroine, Sydney, is wearing a shirt with the head of a one-eyed black cat on it that reminds of a scrapped idea for the ghost host. At the end of the book, there are some pages about the history of the attraction with photos, which is enjoyable, especially for those who aren’t familiar with the ride. I personally liked the characters and sets studies section by the illustrators.

Fans will may regret the fact that some iconic ghosts don’t play a big part or are absents but there are so many characters in The Haunted Mansion that choices should be made for each adaptations, especially in the case of short stories. Here, the featured ghosts are Sally Slater, Constance, Pickwich, Uncle Theodore and the Duellists. Sadly, this short format also made them unidimensionnals : Sydney is overzealous , Sally is the good friend and Constance is pictured as a mean girl bully with a massive ego.

The plot is a bit messy at first glance, as if some strips were missing. As an example, some characters change their minds and it’s never shown or explained why. The story is not difficult to understand but i had to read it several times to get its intentions and messages. There aren’t a lot of action and the scenario would have deserved to be a bit more developped. The idea of introducing a new ghost in the mansion as a scare coach is good but it should have been done in another way. The ‘managment’ aspect that covers a big part of the plot is not done that well. This concept should have been pushed further in order to really work. In the other hand, this aspect can ruin the magic side of the place for some reader, especially the younger ones. However, i was happily surprised to see how good Sydney, who is a modern ghost, fits well among the other spirits who come from differents past eras. She is an optimistic and willing character and we can only adore Sally in all her kindness.

Even if the story is not the best, Frights of Fancy manages to set an ambience. It offers the pleasant vision of a (after)life in the Haunted Mansion and makes us want to be among its peaceful ghostly residents. The author tried to distant himself from what has already been done with adapations of the ride by avoiding to use its quotes in the dialogs – and that is a good thing. He also center the story around the ghosts, especially female characters, so much that mortal visitors are almost absents and don’t play an important part.

To conclude, The Haunted Mansion : Frights of Fancy is a cute little comic that offers a nice reading moment. Not bad but not a masterpiece either, it gives however a sweet message about trust, solidarity and teamwork where everyone’s talent can be used to create the perfect balance between tradition and change. There is no translation of this graphic novel outside english but if the language doesn’t bother you, you can give it a try. I invite you to have a look if you are a Haunted Mansion fan or simply if you are curious.

Galaad Spectre

Forgotten Phantom Manor

Les attractions des parcs Disney sont en perpétuelle évolution. Elles se transforment pour résister au temps, bénéficier des dernières technologies et s’améliorer. Mais il arrive aussi que des changements surviennent suite à des problèmes techniques ou que des éléments soient tout bonnement abandonnés. En 30 ans d’existence, Phantom Manor ne fait bien sûr pas exception. D’infimes détails à l’apparence de scènes entières en passant par des effets spéciaux, voici un petit tour de ce qui s’est perdu au fil du temps et qu’une grande partie du public semble avoir oublié.

La Façade

La façade du manoir à elle seule compte déjà deux éléments abandonnés. Le premier était une fumée verte s’échappant de la cheminée. La couleur particulière servait à donner un premier indice sur le fait que ce lieu est encore habité et qu’il s’y passe des choses étranges. De plus, elle concordait avec la couleur des flammes vertes surnaturel de la salle de bal. La cheminée n’a plus fumé pendant des années avant de revoir de temps en temps une timide fumée blanche depuis la fin des années 2010. Le second détail, que très peu ont remarqué, était la présence de chaises en osier avec leurs repose-pieds sur le balcon latéral du manoir, là où se trouve le Phantom derrière la fenêtre. Elles avaient été installées en 1992 pour donner un côté authentique à la bâtisse, mais, exposées pendant près de deux décennies aux intempéries de Marne-la-Vallée, elles ont fini par pourrir. Ces chaises furent retirées dans les années 2010 et stockées à l’étage du manoir avant d’être sûrement jetées lors de la réhabilitation de 2018.

Le Grand Escalier

Le grand escalier de la zone d’embarquement est une scène dont l’éclairage a beaucoup changé au fil du temps. A l’origine, le décor était peint en noir et blanc et toutes les couleurs (le rouge du tapis et des rideaux, les boiseries, les dorures …) étaient en fait une projection. L’intention était que toutes les couleurs s’effacent lorsque les éclairs flashaient. Voilà pourquoi le Staircase semblait fait de pierre ou de marbre blanc, créant une incohérence de ton avec le reste de l’intérieur en bois du manoir. Cependant cet effet ne fonctionnait pas vraiment comme prévu et il aurait été potentiellement dangereux, distrayant les guests au moment d’embarquer. Il était la plupart du temps en B mode, consistant simplement en un éclairage rose/orangé. L’effet a été conservé jusqu’en 2001 puis remplacé par un éclairage bleu lors d’une grosse réhabilitation. Depuis 2019, le décor a été entièrement repeint pour imiter le bois et se rapproche de l’esthétique originairement voulue par les Imagineers en 1992. L’éclairage s’est aussi fait plus complexe, reflétant le côté dramatique et mélancolique de la scène.

Seuls dans la Salle de Bal

Dans Phantom Manor, seulement Mélanie et le Phantom sont physiquement présents dans la salle de bal. Tous les autres personnages sont réalisés avec l’effet Pepper’s Ghost, ce qui leur donne cette transparence. Les animatronics sont situés dans une zone noire en dessous et au-dessus du rail où passent les Doombuggies et sont éclairés pour être reflétés sur une vitre entre les guests et la pièce. La lumière vacille ou s’éteint pour les faire disparaître de temps à autre, indiquant leur nature spectrale. Dans la version originale, les esprits disparaissaient tous au même moment, pendant quelques secondes, laissant Mélanie seule avec le Phantom. Il était posté à la fenêtre et c’est à ce moment-là que la Mariée tournait la tête pour le regarder, prenant conscience de sa présence. Cette subtilité dans la mise en scène donnait un tout autre sens et une vraie intensité dramatique à ce moment. Une version alternative du concept art de la salle de bal par Fernando Tenedora montre bien la pièce vide pour représenté la solitude de la jeune femme face au revenant qui la tourmente. Avec le temps, la disparition des invités est devenue plus brève et plus aléatoire jusqu’à ce que ce soit totalement assumé depuis la réhabilitation de 2019. De plus, les protagonistes ne se retrouvent plus seuls un instant et ont été déplacés, ce qui change la signification de la scène. Désormais Mélanie est sur la mezzanine, regardant l’assemblée et le Phantom se tient juste derrière elle sans qu’elle semble s’en rendre compte.

Le Ciel de Phantom Canyon

Comme en témoignent les concepts art originaux, les Imagineers voulaient donner un aspect infernal à Phantom Canyon avec un ciel crépusculaire dans lequel voleraient des cavaliers fantomatiques. Le Show Producer Jeff Burke était attaché à ce concept et regretta de ne pas avoir pu le rendre encore plus impressionnant. A l’ouverture de l’attraction en 1992, une projection représentant des cavaliers squelettiques, inspirés par l’ouverture du segment de ‘La Nuit sur le Mont Chauve’ de Fantasia (1940), parcourait le ciel. Hélas cet effet n’a pas duré longtemps, à peine quelques années et il est très rare de trouver des enregistrements. Les meilleures images existantes consistent en un bref clip promotionnel de l’époque (voir lien dans les sources). Le ciel lui-même affichait un léger mouvement d’ondulation, comme une vague, pour représenter la nature surnaturelle de cet endroit. En 2009, Phantom Manor connut une importante réhabilitation et toutes les projections furent numérisées à cette occasion. Le ciel de Phantom Canyon était alors devenu trop lumineux, ce qui ne mettait pas en valeur l’éclairage des animatronics et laissait trop voir le plafond. Des effets furent alors retirés à la demande de Walt Disney Imagineering car jugés non convaincant pour l’expérience des visiteurs comme la projection de lumières bleue/vertes dans la salle de spiritisme et le ciel du canyon. Ce problème justifie peut-être que la scène soit désormais représentée avec un ciel nocturne depuis 2019.

La transformation de l’Apothicaire

Phantom Canyon comprend un autre effet disparu : la transformation de l’apothicaire. L’illusion consistait à voir la tête du personnage se transformer en une version monstrueuse d’elle-même lorsqu’il buvait l’une de ses décoctions. Son visage revenait à la normale, affichant une expression étourdie, après avoir pris une autre gorgée de la potion. Il avait des cheveux ébouriffés afin de représenter le côté ‘savant fou’. L’effet était techniquement similaire à celui de Madame Leota, l’image étant projetée depuis l’intérieur d’une tête sculptée dans une boule. Le tout était coordonné avec les mouvements de l’animatronic. Le visage était celui d’un véritable acteur (non crédité) et son aspect horrifique devait probablement avoir été réalisé à l’aide d’un maquillage. Cet effet a demeuré dans l’attraction quelques années avant d’être définitivement abandonné, peut-être à cause d’une maintenance trop complexe. De plus, contrairement à Madame Leota, il s’agit là d’un personnage secondaire alors il était moins important de garder cette illusion. Du milieu des années 90 jusqu’en 2018, le Pharmacien a été affublé d’une tête simple dont le modèle a changé plusieurs fois. La nouvelle version de l’attraction rend hommage à cette illusion oubliée en faisant à nouveau se transformer le visage du personnage, cette fois-ci à l’aide d’une peinture réagissant à la lumière noire.

Voilà pour la visite de ce Phantom Manor oublié. Il est intéressant d’observer comment l’attraction a évolué.  D’autres changements surviendront sans doute dans les années à venir et peut-être qu’un jour une grande partie du public ne se souviendra pas de ce à quoi ressemblait l’attraction avant sa transformation en 2019. Pour l’heure, ces souvenirs sont encore frais dans la mémoire des fans et nous travaillons à en garder un trace sur ce site si la nostalgie les conduit jusqu’ici ou si une personne n’ayant jamais vu l’ancienne version souhaite se renseigner. Qu’est-ce qui traversera les années et qu’est-ce qui disparaîtra ? Seul l’avenir nous le dira mais espérons que jamais rien ne se perdra définitivement et continuera d’exister dans nos mémoires.

#Galaad Spectre

*****************************************

Forgotten Phantom Manor

Attractions from Disney Parks are evolving constantly. They transforms to resist the test of  time, welcome the newest technologies and improve. But these changes can also happen because of technical problems or some elements are simply abandonned. In 30 years of existence, Phantom Manor is, of course, no exception. From tiny details to whole scenes look and special effects, here’s a little tour of what was lost over time and what many people seems to have forgotten.

The Facade

The manor’s facade itself already host two abandonned elements. The first one was a green smoke coming out of the chimney. This peculiar color was intended to give a first hint this house is occupied by a supernatural activity. Moreover, it matched the color of the green flames from the ballroom’s fireplace. The chimney hadn’t smoked for years until a shy, white smoke appeared from time to time since the late 2010’s. The second detail, that few seems to have noticed, were wicker chairs and their footrest on the side balcony, where the Phantom is.They were installed in 1992 to give an authentic feel to the house but they ended up rotting after nearly two decades under Marne-la-Vallée’s bad weather. These chairs were removed in the 2010’s and stored in the manor’s second floor. They certainly were thrown in the trash during the 2018 refurbishment.

The Grand Staircase

The loading zone is a scene where the lighting has changed a lot over time. In the beginning, the set was painted in black and white and all colors (red carpet and curtains, woodwork, golden details…) were, in fact, projected on it. The intent was that all colors were drained out of the set when lightning flashes. This is why the Staircase seemed to be made of white stone or marble and out of style with the rest of the manor’s wooden interior. However, this effect didn’t worked as planned and was potentially dangerous, distracting guests while they embark. Most of the time, the effect was in B mode, a simple pink/orange lighting. The effect was kept until 2001 and was then replaced by a blue light during a big refurbishment. Since 2019 the set has been fully repainted to mimic wood and fits more the original intent of what Imagineers wanted in 1992. The lighting is also now more complex, reflecting the dramatic and melancholic tone of the scene.

Alone in the Ballroom

In Phantom Manor, only Melanie and the Phantom are physically present in the ballroom. All the other characters are made with Pepper’s Ghost effect, which gives them this transparent look. The animatronics are located in black zones under and above the Doombuggies track and are lighten up to be reflected on a huge glass panel between the guests and the room. The light flickers to make them disappear, indicating their spectral nature. In the original version, the spirits vanished all at the same time for a few seconds, leaving Melanie alone with the Phantom. He was standing in the window frame and it was at this moment that the Bride lifted her head to look up at him, noticing his presence. This subtle moment in the staging gave a whole different meaning and a real dramatic intensity to this moment. An alternative version of the ballroom concept art by Fernando Tenedora clearly showed the empty room to represent the girl solitude against the evil spirit who torments her. Over time, the disappearence of the ghostly guests became shorter and random until this was fully assumed since the 2019 refurb. Moreover, the protagonists are not alone for a moment anymore and they have been moved. The meaning of the scene is different, now Melanie is up on the balcony with the Phantom right behind her and she don’t seems to notice him anymore.

The Sky of Phantom Canyon

As shown on the original concepts art, Imagineers wanted to give a hellish tone to Phantom Canyon with ghost riders flying in a sunset sky. Show Producer Jeff Burke really cared for this concept and was disappointed he couldn’t make it more impressive. In 1992, a projection of skeletal riders, inspired by the opening of ‘Night on Bald Mountain’ section of Fantasia (1940) used to roam the sky. Alas, this effect didn’t lasted long, only a few years and recordings of this effect are very rare. The best testimony of this is an old promotional clip (see the sources below). The sky itself had a slight waves –like movement to show the unearthly nature of this place. In 2009, Phantom Manor went on an important refurbishment and all the projections were digitized. The sky of Phantom Canyon became then too bright, too distracting from the lighting of the animatronics and the ceiling was too exposed. Effects where then removed at Walt Disney Imagineering request, judged not convincing enough like this sky and the blue/green projection in the Seance Circle. This problem may explain why the scene now takes place during the night since 2019.

The Apothecary’s Transformation

Phantom Canyon have another long lost effect : the apothecary guy transformation. The illusion consisted in seeing the character’s head morphing in a grotesque version of himself as he was drinking one of his potions. His face then returned to normal with a dizzy expression and another sip of his drink. His hair were messy to give that mad scientist feel. The effect was technically similar to Madame Leota with a projected footage inside a sculpted head in a ball. The projection was coordinated with the animatronic’s movements. The face projection was the footage of a live actor (uncredited) and his monstruous version was probably achieved with makeup. This effect lasted for a few years before being completely scrapped, maybe because of a complex maintenance. This may was too much attention put in a side character and too expensive to maintain compared to Madame Leota. From the mid 90’s to 2018, the chemist got a regular head and the sculpt changed several times. The new version pays hommage to this forgotten illusion by making the face of the character transforms again but with the help of black light paint this time.

Here’s the end of this forgotten Phantom Manor tour for now. This is interesting to observe how the ride evolved. New changes will surely come in the following years and maybe the public won’t remember what the attraction looked like before its 2019 transformation. For the moment, these memories are still fresh in the mind of fans and we are working to keep a trace of all this on this website if nostalgia drives them here or if someone who has never experienced the original ride wants some informations. What will survive the years and what will disappear ? Only time will tell but let’s hope nothing will be completely lost and continue to exist in our memories.

#Galaad Spectre

SOURCES

https://twitter.com/One5thParis

https://www.youtube.com/watch?v=xozbfyoDzls

https://www.facebook.com/watch/?v=525510521288305

https://www.youtube.com/watch?v=Rr2DksAXIEU

https://www.youtube.com/watch?v=P390NKZyVLU

Review : The Unauthorized Story of Walt Disney’s Haunted Mansion by Jeff Baham

Avant de se lancer dans la critique de ce livre, il est nécessaire de parler un peu de son auteur.  Fan de The Haunted Mansion depuis son enfance, Jeff Baham est le fondateur de DoomBuggies.com, le plus grand fansite dédié à l’attraction qui existe sur Internet et le co-créateur et hôte du podcast Mousetalgia. Ouvert en 1997, le site de DoomBuggies a permis à de nombreux fans de se réunir et d’avoir accès à des informations de qualité sur le sujet. Le site web ayant gagné en popularité au fil du temps, son fondateur a été sollicité de nombreuses fois pour ses connaissances sur l’attraction au point de collaborer avec la Walt Disney Company de manière plus ou moins officielle. La firme aux grandes oreilles a demandé l’aide de DoomBuggies.com pour la campagne promotionnelle du 30ème anniversaire de The Haunted Mansion en Californie ainsi que pour la pré production du film de 2004. Des Imagineers et autres employés travaillant pour Disney ont également fait appel à Jeff Baham pour leurs projets. En 2014, il décida d’écrire un livre regroupant ses connaissances sur l’attraction ainsi que des anecdotes collectées directement auprès des Imagineers.

L’ouvrage évoqué dans cet article est la réédition 2018 de The Unauthorized Story of Walt Disney’s Haunted Mansion, mise à jour pour le 50ème anniversaire de l’attraction originale. Ce qui frappe immédiatement à l’ouverture de ce livre, c’est les avant-propos de Rolly Crump et Guillermo Del Toro ainsi que l’introduction par Floyd Norman (animateur et Disney Legend) qui attestent du sérieux de cette publication. Avoir le soutien de ces noms prestigieux rassure sur la qualité du contenu. La première partie revient sur l’histoire de la création de The Haunted Mansion en Californie : des origines des attractions de type maison hantée au jour de son ouverture en 1969, en passant par ses versions antérieures abandonnées comme la Ghost House de Ken Anderson ou le Museum of the Weird. L’auteur offre ici un véritable travail d’historien appuyé par des témoignages d’Imagineers. La seconde partie emmène le lecteur dans un tour guidé du ride. Chaque scène est décrite, accompagnée d’anecdotes et d’explications techniques sur les effets et illusions. Ce chapitre est suivi de quelques pages sur le merchandising, les événements spéciaux et sur la rethématisation saisonnière The Haunted Mansion Holiday. Jeff Baham a également inclus une liste d’ouvrages et de sites Internet à la fin, permettant de prolonger la lecture.

The Unauthorized Story of Walt Disney’s Haunted Mansion est un livre aux sources très bien documentées. Il présente des anecdotes inédites dont même les fans les plus assidus n’auront peut-être pas eu vent jusqu’à présent. Les informations sont détaillées, précises et chaque citation est référencée pour prouver la véracité de sa source. On sent que Jeff Baham est un vrai passionné ayant fait des recherches sérieuses pendant des années. Il a eu une chance incroyable d’avoir pu échanger avec des Imagineers et des contemporains de Walt Disney comme Bob Gurr, Alice Davis ou encore X Atencio. L’auteur s’est engagé à donner le contenu le plus juste possible. Il ne s’appuie jamais sur les rumeurs ou les interprétations de fans, même les plus populaires.

Le livre est très intéressant et très bon dans son ensemble. Le texte est parfois accompagné de quelques photos issues de la collection personnelle de Jeff Baham et de ses contacts. Parmi les quelques points négatifs à relever, on citera peut-être la fin un peu abrupte, sans conclusion et l’absence totale de mentions à Phantom Manor et Mystic Manor. Les images d’illustration sont hélas en noir et blanc et pas de la meilleure qualité mais il s’agit là de la décision de Theme Park Press, la maison d’édition. Cet ouvrage est d’ailleurs l’un des best sellers de cet éditeur spécialisé. Il n’existe pas de traduction française pour ce livre et l’écriture n’est peut être pas facilement accessible pour ceux qui ne sont pas à l’aise avec l’anglais. Pour ceux qui le sont, il faut cependant lire avec attention pour bien tout comprendre : L’auteur saute parfois entre la version californienne et floridienne du ride, ce qui peut porter à confusion.

Cette plongée au cœur de l’attraction et de son histoire si riche est l’œuvre d’un passionné : écrit par un fan, pour des fans. Ce que Jeff Baham a accompli est incroyable et force le respect. Beaucoup de soin et de sérieux a été apporté à ce livre qui ravira ceux qui aiment vraiment The Haunted Mansion et ceux qui sont curieux d’en apprendre plus sur ce dark ride mythique.

#Galaad Spectre

******************************************

Review : The Unauthorized Story of Walt Disney’s Haunted Mansion by Jeff Baham

Before starting the review of this book, it is necessary to talk a bit about its author. Haunted Mansion fan since his childhood, Jeff Baham is the creator of DoomBuggies.com, the biggest fan website dedicated to this attraction and co-creator and host of the Mousetalgia podcast. Opened in 1997, the DoomBuggies website allowed many fans to gather online and have access to quality content about their favourite ride. The website gained  popularity over the years and its founder was solicited on many occasions for his knowledge about the attraction to the point of collaborating  with the Walt Disney Company, more or less officially. The House of Mouse asked DoomBuggies.com to help for the Haunted Mansion’s 30th anniversary marketing campaign and the preproduction of the 2003 movie. Imagineers and other Disney employees reached out to Jeff Baham for their projects. In 2014, he decided to write a book about the attraction filled with anecdotes he collected directly from Imagineers.

The book we are talking about in this article is the 2018 reissue of The Unauthorized Story of Walt Disney’s Haunted Mansion, uptaded for the attraction’s 50th anniversary. What’s immediately striking with this book is the forewords part by Rolly Crump, Guillermo Del Toro and the introduction by Floyd Norman (animator and Disney Legend). Having the support of such great names is a proof this publication is serious and its content have a certain quality. The first part is about the history of the original Haunted Mansion’s creation : from the origins of haunted house-type rides to its opening in 1969 and its abandonned versions like Ken Anderson’s Ghost House or The Museum of the Weird. The author made a real historian work, supported by testimonies from Imagineers. The second part takes the reader to a guided tour of the ride. Each scene is described and accompanied by anecdotes and technical explainations about how the special effects and illusions works. This chapter is followed by a few pages about merchandising, special events and the Haunted Mansion Holiday overlay.Jeff Baham also included a list of articles and websites in the end for further readings.

The Unauthorized Story of Walt Disney’s Haunted Mansion is a book with sources that are documented very well. It presents exclusive facts that even diehard fans may have not heard before. Informations are detailed, precises and each quotes are referenced to prove the veracity of their sources. We can feel Jeff Baham is a true passionate fan who made serious ressearches for many years. He was unbelievably lucky to have been able to speak with so many Imagineers and Walt Disney’s relatives like Bob Gurr, Alice Davis or X Atencio. The author gave the most correct work possible and never based the informations he mentioned on rumors or fans interpretations, even the most popular ones.

This book is very interesting and overhall very good. The text is sometimes accompanied by some photos from the collection of Jeff Baham or his contacts. Among the few negative points to pick, we may say that the end was a bit harsh, without a conclusion and there’s no mentions of Phantom Manor and Mystic Manor. The pictures also are in black and white and not in the best quality but this is a decision from the editors, Theme Park Press. However, this book is one of their best sellers. There is no translation available in other languages and the writting may not be easy for those who aren’t familiar with english. For those who are, you still have to read it with care to be sure to get everything and not miss any information. The author sometimes swipe from the Anaheim version to the Orlando version of the ride, which can be confusing.

This deep dive into the attraction and its rich history is the work or a true connoisseur : written by a fan, for the fans. What Jeff Baham has accomplished is impressive and worthy of respect. A lot of care and serious was put in this book which will please all those who really loves The Haunted Mansion and those who are curious to learn more about this amazing dark ride.

#Galaad Spectre

http://doombuggies.com

http://www.mousetalgia.com/

The Stretching Portraits

Ces quatre portraits comptent parmi les éléments les plus iconiques des Haunted Mansion et sont les premiers visages que les visiteurs voient dans la version originale de l’attraction, en Californie. Ces images mêlent avec brio humour et macabre, annonçant immédiatement le ton du ride. Les tableaux représentent des personnes à l’allure sérieuse ou paisible se révélant en fait être en position de danger mortel. Alors que les murs s’étirent, les peintures se déroulent et offrent un gag visuel en trois temps. Le premier tiers semble être un portrait ordinaire puis des éléments étranges et comiques commencent à apparaître progressivement jusqu’à dévoiler la sinistre chute. Dans ce manoir hanté, les choses ne sont pas toujours ce qu’elles paraissent.

Ces tableaux ont été conçus par Marc Davis, dont le style humoristique est aisément reconnaissable. Cependant, les portraits d’environ 3 mètres de haut figurants dans l’attraction sont des copies réalisées par d’autres Imagineers comme Ed Kohn et Clem Hall. Ils ont été peints à la main et changés régulièrement jusqu’à être remplacés, des années plus tard, par des reproductions imprimées, plus résistantes. En effet, les peintures s’abîmaient à force d’être enroulées et déroulées continuellement. L’aspect cartoonesque de Marc Davis a été atténué au fil du temps, chaque artiste apportant plus de détails et de réalisme ainsi qu’un peu de sa touche personnelle.

Qui sont ces personnages ? Le Ghost Host donne un premier indice sur leurs identités dans son discours «Our tour begins here in this gallery, where you see paintings of some of our guests as they appeared in their corruptible, mortal state.» Il suggère donc que ceux qui sont représentés sur ces portraits ont un lien avec le manoir, peut être de précédents habitants ou des membres de la famille des propriétaires. L’Hôte sous-entend également qu’ils sont désormais morts et font partie des esprits qui hantent ces lieux.

The Tightrope Girl

La plus populaire du lot est sans doute la jeune fille à l’ombrelle. Quand le tableau s’allonge, il révèle qu’elle se tient en équilibre sur une corde en train de s’effilocher, tandis qu’en dessous, un alligator est prêt à la dévorer. Ce dernier renvoie à la faune des bayous de la Nouvelle Orléans, région où le manoir est supposément implanté. Au fil des années, les fans, Cast Members et médias ont donné de nombreux noms et backstories à cette jeune femme: Lilian O’Malley Gracey, sœur ou compagne du maître des lieux, Daisy De La Cruz, artiste de cirque, Ally Gal, pour le jeu de mots avec alligator etc… Elle a aussi parfois été confondue avec April December, un autre portrait de l’attraction, à cause de leurs ressemblances physiques.

Mais son appellation la plus populaire est Sarah ‘Sally’ Slater. Ce nom vient d’un poème de la tombe de l’auteure Prudence Pock, installée dans la file d’attente interactive de la version de Floride en 2011. Un vers dit «In the swamp, poor Sally Slater was eaten by an alligator ». Le rapprochement a donc été fait avec le portrait de la Stretching Room, bien que rien ne confirme qu’il s’agisse de la même personne. Cependant, Sally Slater est devenu le nom semi officiel de la jeune fille car il a été utilisé pour du merchandising et des publications officielles de Disney comme le comic ‘The Haunted Mansion : Fright of Fancy’ par Sina Grace.

Le personnage a même eu sa version ‘live’ lors de quelques évènements dans les parcs Disney américains mais ses apparences demeurent très rares. La plupart du temps, elle parle avec un accent français. La jeune fille à la corde a inspiré deux des anciens portraits de la Stretching Room de Phantom Manor. Pour rendre Hommage à Marc Davis, l’Imagineer Julie Svendsen a représenté Mélanie Ravenswood avec la même coiffure, ombrelle et code couleur sur le tableau où elle est en barque et le monstre reptilien de la peinture du ruisseau n’est pas sans rappeler un alligator.

Marc Davis avait ébauché quelques versions alternatives du tableau avant d’arrêter son choix sur le gag de la corde et de l’alligator. En effet, des croquis préparatoires montrent le personnage en équilibre sur le toit d’un clocher ou encore une jeune fille montée sur une chaise, effrayée par une souris. Le reptile est, sans nul doute, une image plus efficace car il est réputé pour être un animal très dangereux, rendant la menace plus grande.

The Dynamite Man

Le second portrait représente un homme barbu, âgé d’une cinquantaine d’années. Il a l’air sérieux mais la version rallongée de la peinture le montre sans pantalon et debout sur un tonneau de dynamite dont la mèche a été allumée par une bougie. L’écharpe rouge qu’il porte suggère qu’il s’agit d’un politicien, peut-être un maire ou un ambassadeur. Si il n’est pas un membre de la famille lui-même, les propriétaires du manoir sont des gens riches qui peuvent avoir un homme politique dans leurs relations, ce qui expliquerait la présence de ce tableau ici. Le montrer en caleçon est une manière de ridiculiser cette figure d’autorité et la dynamite pourrait représenter un complot contre lui. Cet homme est communément appelé Alexander Nitrokoff, il vient du scénario écrit par l’Imagineer X Atencio pour l’attraction. « Alexander Nitrokoff, an anarchist who came to us with a bang one night ».

La version originale de Marc Davis dépeignait le personnage avec des yeux si clairs que certains fans ont émis la théorie qu’il était en fait aveugle mais les versions ultérieures ont grandement atténué cette impression. L’expression de son visage a aussi été rendue moins sévère avec le temps. Depuis 2019, le portrait d’Iggy Knight, un des prétendants de Mélanie, reprend le gag de la dynamite dans la Stretching Room de Phantom Manor.

The Widow

Le troisième portrait montre une vieille femme tenant une rose. En s’allongeant, l’image la présente assise sur une tombe dans un cimetière. Il est inscrit « Rest in peace Dear Beloved Georges » sur la stèle, également ornée d’un buste à l’effigie du défunt. Ce dernier a une hache plantée dans le crâne, ce qui sous-entend qu’il a été assassiné. Le principal suspect n’est autre que sa veuve, à en juger par son air faussement innocent. Pour ce tableau, Marc Davis s’est inspiré d’une photo promotionnelle du film ‘Hush…Hush, Sweet Charlotte’, réalisé par Robert Aldrich et sorti en 1964 alors que The Haunted Mansion était encore en cours de conception.

 D’après le scénario de X Atencio, la veuve s’appelait Abigail Patecleaver mais, depuis la réhabilitation de 2006, elle est officiellement devenue Constance Hatchaway. Un portrait du Grenier fait écho à celui de la Stretching Room pour indiquer qu’il s’agit de la même personne. En effet, elle tient une rose de la même manière et a tué son mari moustachu, Georges, à l’aide d’une hache. L’époux en question était Georges Hightower, propriétaire du manoir dont Constance a hérité. Finalement satisfaite de la richesse qu’elle a accumulée, elle aurait arrêté sa série de meurtres nuptiaux après son cinquième mari et aurait vécu jusqu’à un âge avancé. Peut-être a-t-elle même changé son nom et prît le pseudonyme de Abigail Patecleaver pour cacher son passé criminel. Cleaver désigne d’ailleurs le couperet en anglais. Le personnage de Constance, sous ses traits de vieille femme, a également fait de rares apparitions live lors d’évènements spéciaux à Walt Disney World.

The Quicksand Guys

Un homme avec des rouflaquettes brunes et un chapeau melon est dépeint sur le dernier tableau. Il a les bras croisés et affiche un air satisfait. Quand le portrait s’étire, il révèle qu’il est en fait assis sur les épaules d’un autre homme aux cheveux et à la moustache blanche, lui-même encore monté sur un troisième individu. Ce dernier est enfoncé jusqu’à la taille dans des sables mouvants, comme l’indique un panneau. La pancarte permet aux spectateurs de comprendre plus rapidement la situation. Il y a une évolution graduelle dans les expressions des trois personnages : celui du haut semble inconscient du danger, celui du milieu est surpris et commence à s’inquiéter et celui du dessous est en proie à la panique.

Il n’y a que très peu d’informations sur ces hommes, ils ne semblent même pas avoir de noms, du moins, aucuns qui soient devenus populaires ou canons et pas vraiment de backstories. Seuls leurs vêtements indiquent qu’ils sont issus d’un milieu aisé. Ce tableau est celui qui a connu le plus de variations de couleurs au fil des années, en particulier le personnage du milieu qui a vu son costume alterner entre le pourpre, le bleu marine et le violet. D’après une théorie de fans, ce trio serait en fait les Hitchhiking Ghosts de leur vivant. Celui du haut ressemble un peu à Phineas, celui du milieu, aux cheveux blanc, représenterait Gus et celui du bas, au visage anguleux, serait Ezra. Cependant, rien ne confirme cette hypothèse.

Les portraits de la Stretching Room pourraient être une retranscription littérale de la mort de ceux qu’ils représentent mais ils pourraient également représenter des visions métaphoriques pour appuyer le discours du Ghost Host. Une théorie populaire raconte que ces tableaux illustrent chacun une allégorie sur la futilité de l’existence. Sally Slater serait la futilité de la beauté et de la jeunesse qui finira par se faner avec l’âge. L’inconscience juvénile se croit immunisée contre la mort. Alexander Nitrokoff incarnerait la futilité du pouvoir. Ridiculisé, peu importe son statut social car tous sont égaux devant la mort. Le trio des sables mouvants illustrerait la futilité de l’argent car la mort n’épargne pas non plus les riches. Celui qui est littéralement au-dessus des autres laisse ses compagnons s’empêtrer mais n’est pas ce qui le sauvera. Et la Veuve représenterait la futilité de l’Amour, ses sentiments sont faux et au service de sa vanité. Constance/Abigail a peut être tué, mais elle n’échappe pas à la mort qui finit par rattraper tout et tout le monde. Avant que les portraits ne s’étirent, il n’est seulement laissé à voir qu’une belle jeune fille, un homme de pouvoir, un gentleman d’allure aisé et la rose apporte une dimension romantique à la vieille femme. Puis les masques tombent et tous se révèlent menacés ou corrompus dans des situations cocasses. Ces peintures seraient donc des Memento Mori qui nous rappellent que la vie est un état fragile et temporaire. Peu importe qui nous sommes, nous allons tous mourir un jour. La version complète de ces portraits existe-t-elle vraiment par ailleurs ? Ou ne serait-ce qu’une illusion générée par la hantise?

Par leur efficacité visuelle issue du talent de Marc Davis, les Stretching Portraits sont instantanément devenus cultes. Les protagonistes qui figurent sur ces tableaux sont considérés comme des personnages à part entière dans la mythologie du manoir, en particulier Sally Slater qui est l’une des figures féminines les plus populaires de l’attraction. Ces quatre images aussi drôles que macabres représentent bien l’atmosphère générale de The Haunted Mansion et ont marqué les esprits de plusieurs générations de visiteurs. Reconnaissables entre mille, elles ont également inspiré de nombreux détournements qui remplacent les Happy Haunts par d’autres personnages de Disney ou de la pop culture.

Pour l’anecdote, des toiles originales ayant servi dans l’attraction dans les années 70 ont été vendues aux enchères. Sally Slater est partie pour 47 500 dollars en 2010. Le présentateur Chris Hardwick et l’acteur Neil Patrick Harris possèdent également des portraits authentiques. Hardwick s’est procuré Constance et Harris a acheté Alexander Nitrokoff pour 172 500 dollars.

#Galaad Spectre

********************************************

The Stretching Portraits

These four portraits are amongst the most iconic elements from the Haunted Mansion and they are the first faces guests ecounter in the attraction’s original version, in California. These pictures are a clever mix of humor and macabre that immediately set the mood of the ride. The paintings represents people looking serious or peaceful but who are, in fact, in deadly situations of immediate danger. As the walls are stretching, the portraits unrolls and offers a visual three-part joke. The first part seems like a normal portrait, then some stranges and funny elements start to progressively appear on the picture and the bottom ends up with a sinister touch. Things are not always as they seem in this Haunted place.

These portraits has been concieved by Marc Davis, whose humoristic style is easily recognizable. However, the paintings, measuring approximately 10 feet tall, that appear in the attraction are copies made by other Imagineers such as Ed Kohn and Clem Hall. They have been handpainted and changed regularly until they have been permanently switched for more resistants printed reproductions. Indeed, the paintings used to be damaged because of the constant rolling and unrolling movements of the canvases. The cartoonish aspect of Marc Davis has been toned down over time, each painter added more details and realism as well as their personal touch.

Who are these characters ? The Ghost Host gives a clue about their identities during his speech. «Our tour begins here in this gallery, where you see paintings of some of our guests as they appeared in their corruptible, mortal state.» He’s suggesting that those who are depicted on these portraits are somewhat linked to the mansion, maybe previous residents or members of the owner’s family. The Host also suggest they died and are now part of the ghosts haunting the place.

The Tightrope Girl

The most popular of the bunch is, without a doubt, the young girl with the parasol. When the portrait stretches, it reveals she is actually standing on a weakened tightrope and an alligator is waiting below to devour her. The beast refers to New Orleans’ bayous wildlife, where the mansion is supposed to be located. Over the years, fans, Cast Members and medias gave her many names and backstories : Lilian O’Mally Gracey, sister or girlfriend of the master of the house, Daisy De La Cruz, circus performer, Ally Gal, for the pun, etc… She also was sometimes mistaken for April December, another portrait from the attraction, because of her likeness with that other lady.

But her most popular name is Sarah ‘Sally’ Slater. This name comes from a poem of the tomb of author Prudence Pock that was installed in the Florida interactive queue in 2011. A verse says In the swamp, poor Sally Slater was eaten by an alligator ». So people made the link between this and the girl on the portrait but nothing confirm this actually refers to the same person. However, Sally Slater became the semi official name of the character because it was used on merchandising and official Disney publications like the ‘Fright of Fancy’ Haunted Mansion comic by Sina Grace.

The character even had her ‘live’ version for some events in the american Disney parks. Her appearences are rare and, most of the time, she is speaking with a french accent. The Tightrope Girl also inspired two of the old Phantom Manor Stretching Portraits. As an hommage to Marc Davis, Imagineer Julie Svendsen represented Melanie Ravenswood with the same hairstyle, parasol and dress colors on the picture where she is a boat and the reptilian monster reminds of an alligator.

Marc Davis has sketched some alternative versions of this portrait before choosing the tightrope and alligator gag. Indeed, some concept arts shows the character on top of some sort of belltower or a young lady standing up on a chair, scared by a mouse. The reptile is, without a doubt, a more effective picture to convey the sense of menace.

The Dynamite Man

The second portrait represents a bearded, middle-aged man. He looks serious at first but the elongated version of the painting show him without pants and standing on a barrel of dynamite with the fuse lit thanks to a candle. The red sash he’s wearing suggest that he is a politician, maybe a mayor or an ambassador. If he is not a member of the family himself, the owners of the mansion, being wealthy persons, may have a politician among their social circle and that could explain why the portrait of this man is here. Showing him in his underpants is a way to make this figure of authority look ridiculous and the dynamite could represent a conspiracy against him. This man is commonly called Alexander Nitrokoff, it comes from the scenario written by Imagineer X Atencio for the attraction. « Alexander Nitrokoff, an anarchist who came to us with a bang one night ».

The original picture by Marc Davis depicted the character with eyes so clear that some fans theorized he was, in fact, blind but later versions of the painting toned down this impression. The expression on his face was also made less severe over time. Since 2019, the portrait of Iggy Knight, one of Melanie Ravenswood’s suitors, is re using the dynamite gag in Phantom Manor’s Stretching Room.

The Widow

The third portrait shows an elderly woman holding a rose. While stretching, the picture depicts her seated on a tombstone in a cemetery. « Rest in peace Dear Beloved Georges » is written on the grave which is also adorned with a bust representing the man burried there. This bust have an axe in his skull, suggesting the man has been murdered. The main suspect is, of course, his widow, judging by her smile. For this portrait, Marc Davis took inspiration from a promotional photo of the movie ‘Hush…Hush, Sweet Charlotte’, directed by Robert Aldrich and released in 1964, when the Haunted Mansion was still in development.

According to X Atencio’s scenario, the widow was named Abigail Patecleaver but, since the 2006 refurbishment, she officially became Constance Hatchaway. A portrait in the attic scene echoes this of the Stretching Room to indicate she is the same person. Indeed, she is holding a rose the same way and she murdered her mustachy husband, Georges, with an axe. So this man is also Georges Hightower, owner of the mansion whose Constance inherited after his death. Finally satisfied with the wealth she accumulated, she stopped to kill after her fifth husband and probably died from old age. Maybe she changed her name to Abigail Patecleaver ni order to hide her murderous past (once again, the name is a pun with a sharp object, cleaver). Constance, as an old lady, also appeared in Walt Disney World for special events.

The Quicksand Guys

A man with brown sideburns and a bowler hat is depicted on the last portrait. He is crossing his arms with a self satisfied look on his face. When the painting is stretching, it reveals he is in fact seated on the shoulders of another man with white hair and mustache, himself also on the shoulder of a third man. The one on the bottom is half submerged into quick sand, as a sign says. This sign is a way to rapidly explain the situation to visitors. There is a gradual evolution of the characters facial expressions : the top one is seems to be unconscious of the imminent danger, the middle one is surprised and start to worry and the bottom one is in total panic.

There is not much informations about these men, they don’t seem to have official or popular names and backstories. Only their clothes suggests they are from a wealthy social class. This portrait is the one which had the most color variations over the years, particularly the man in the middle who had his outfit changing from crimson to dark blue to purple. According to a fan theory, this painting is a portrait of the Hitchhiking Ghosts when they were alive. The man on top looks a bit like Phineas, the one in the middle seems shorter and have white hair like Gus and the bottom man, with an angular face, would be Ezra. However, there is no solid proofs that confirms this theory.

The Stretching Room portraits could be a literal retranscription of how the characters depicted here actually died but they could also be metaphors to support the Ghost Host’s speech. A popular theory tells that these paintings each represents allegories about futilities of existence. Sally Slater would be for the futility of beauty and youth that will fade over time. Juvenile uncounsciousness makes her believe she’s immune to death. Alexander Nitrokoff would be an embodiment the futility of power. No matter of his social statuts, all are equal in death. The Quicksand Trio would illustrate the futility of money because death doesn’t spare the richs. The one who literally puts himself above the others let his companions to sink but he won’t be saved either. And the Widow would represent the futility of love as her feelings are fake and only to serve her vanity. Constance/Abigail may have killed but she didn’t escaped death which ended up by catching her, as everyone else. Before stretching, the portraits only shows a pretty young lady, a man of power, a wealthy gentleman and the rose gives a romantic note to the old woman. Then the masks drops and all of them are revealed threatened or corrupted in humorous situations. So these paintings would be some kind of Memento Mori which reminds us how fragile and temporary life is. No matter who we are, we are all going to die. And are the full versions of the portraits real or just an illusion created by the haunting ?

Thanks to their visual effectiveness coming from the mind of Marc Davis, the Stretching Portraits immediately became a cult classic. The protagonists pictured on it are considered as real characters from the Mansion’s lore, especially Sally Slater who is among the most popular female ghosts from the attraction. These four pictures, as funny as they are macabre represents well the general tone of the ride and stole the show for several generations of visitors. They are so instantly recognizable that they inspired many parodies and fanarts with other Disney or pop culture characters.

For the anecdote, original 70’s canvases used in the attraction were sold at anctions. Sally Slater was sold for 47 500$ in 2010. TV host Chris Hardwick and actor Neil Patrick Harris also possess original portraits. Hardwick got Constance and Harris bought Alexander Nitrokoff for 172 500$.

#Galaad Spectre

SOURCES

https://longforgottenhauntedmansion.blogspot.com/2011/02/whistling-past-graveyard-stretching.html

https://longforgottenhauntedmansion.blogspot.com/2011/02/many-faces-of-tightrope-walker.html

https://hauntedmansion.fandom.com/wiki/Stretching_Room

https://www.youtube.com/watch?v=LHfk541jwi0

https://www.youtube.com/watch?v=cjwS93tMpFM

https://www.youtube.com/watch?v=P2RFwU60aNY

https://www.eonline.com/news/926870/neil-patrick-harris-spends-172-500-on-disneyland-haunted-mansion-painting

The Dead Oak Tree

Les Arbres de Phantom Manor

« As the Moon climbs high on the Dead Oak Tree

Spooks arrive for the Midnight Spree »

Les grands arbres décharnés font partie de l’imagerie horrifique classique, implantés aux alentours des lieux maudits et des maisons hantées. Pourquoi sont-ils si inquiétants ? Parce que les plantes, symboles de vie, renvoient irrémédiablement à la mort une fois dépourvues de leur verdure et parfois, les branches acérées rappellent des bras squelettiques menaçants. Il en va de même pour les forêts sombres et profondes, domaine de l’inconnu, abritant de potentiels dangers qui effraient l’être humain depuis les origines du monde. La végétation morte ou non entretenue sur le terrain d’une habitation évoque quelque chose de lugubre. Tel était l’intention des Imagineers lors de la conception de Phantom Manor. L’état des jardins, en plus du délabrement de la façade, est un signe clair que le manoir est censé être abandonné.

Il est bien connu que les espaces verts dans les parcs Disney sont particulièrement soignés. La végétation contribue, elle aussi, à la narration et le cas de Phantom Manor en est un bon exemple. Le manoir Ravenswood a été construit sur une  colline surplombant la ville de Thunder Mesa. Il est implanté aux abords de l’agglomération, à proximité d’une forêt de sapins. Il est intéressant de noter que cette dernière figure sur les concepts art, les maquettes et même sur le poster de l’attraction. Elle participe grandement à créer cette sinistre atmosphère d’isolation et de menace. La demeure et ses alentours ont été conçus comme un tout qui raconte visuellement une histoire et plante immédiatement l’ambiance. Cette forêt est représentée dans le parc par une ligne de pins sombres derrière le manoir. Sur le plan technique, ils servent à délimiter l’espace de Frontierland et à cacher la zone des backstages.

Les sapins sont aussi représentés de façon stylisée à l’intérieur même du ride, dans la scène du cimetière pour être précis car cet endroit est supposé correspondre à Boot Hill, juste à côté du manoir. Mais ils ne sont pas les seuls arbres dans cette scène : un grand chêne presque mort demeure parmi les tombes et un corbeau est perché sur l’une de ses branches tordues. Une fosse a été fraîchement creusée à son pied par le Phantom, tenant encore la pelle. L’arbre est clairement identifié comme étant un chêne grâce à la forme caractéristique de ses feuilles. Une scène similaire se répète vers la fin du parcours, à Phantom Canyon. On retrouve le squelette, faisant un geste d’invitation en direction d’un cercueil ouvert. Encore une fois, il est représenté sous un chêne décharné accompagné d’un corbeau et à proximité du manoir. Au vu des ressemblances de la scène, on pourrait se demander si il s’agit du même arbre, voire du même emplacement.

Un autre arbre intriguant est visible sur deux des tableaux dans l’attraction depuis la réhabilitation de 2019. Le portrait du Foyer montre Mélanie et Henry Ravenswood avec le manoir et un arbre en arrière plan. Ce dernier a quatre cœurs barrés gravés sur son tronc en référence aux prétendants de la jeune fille et une corde garnie d’un nœud coulant est accrochée à une de ses branches sèches. Quand l’image se transforme pour révéler une vision heureuse du passé, les cœurs s’effacent pour n’en laisser qu’un seul et la corde est remplacée par une balançoire qui renvoie au temps de l’innocence. Plus loin, dans la galerie, le tableau des duellistes représente le même endroit  comme le prouve la présence de la balançoire.

Mais, à la différence des pins, ce grand arbre qui est clairement montré devant le manoir sur le côté droit ne semble pas exister physiquement dans le land lui-même…à moins que…

La suite de cet article va entrer dans le domaine de la théorie pour trouver l’emplacement de cet arbre et ainsi essayer d’établir une cohérence entre tous ces éléments.

Quasiment tous les concepts art et les maquettes montrent un grand arbre mort dans les jardins du manoir Ravenswood. Ce détail, en apparence anodin, semble pourtant avoir son importance au vu de cette récurrence. Cependant, aucun arbre similaire n’est visible à proximité dans le paysage et toutes les plantes sont vivantes. En réalité, il y avait bel et bien deux arbres présents lors des premières années du parc qui auraient pu correspondre. L’un était planté sur la droite, à l’angle de la bâtisse, mais a finalement été enlevé en 2001. Son retrait était probablement pour des questions de sécurité et d’esthétisme. L’autre, candidat plus probable, était un grand arbre déraciné qui gisait devant le manoir. Il fut d’ailleurs un temps où les deux étaient visibles en même temps dans le jardin. Laisser ainsi un arbre mort était une décision volontaire, mais avec les années, il a fini par disparaître peu à peu, ne laissant que quelques branches envahies par la végétation. Les derniers restes ont été enlevés lors de la réhabilitation des extérieurs en 2018. Dans le contexte de l’histoire, cet arbre était debout lors des années glorieuses du manoir avant de sécher et de tomber après la tragédie qui a frappé ces lieux. La position de cet arbre pourrait concorder avec celui des tableaux et même être celui qui est visible derrière la vitre du Grand Escalier (également un chêne). D’autant plus que dans la nouvelle version, Mélanie regarde par la fenêtre, ce qui fait écho au mannequin la représentant que l’on peut voir depuis l’extérieur, derrière la fenêtre centrale de la façade. Le voir depuis l’intérieur alors qu’il n’est plus là dehors pourrait s’expliquer par un changement de temporalité ou une illusion générée par la malédiction – «Hélas les choses ne sont pas toujours ce qu’elles paraissent».

En ce qui concerne le chêne du Phantom, il a, lui aussi, un emplacement potentiel en dehors de l’attraction. La scène du cimetière dans le ride correspond à Boot Hill mais il n’y a apparemment aucun chêne dans cet endroit du parc… et bien si! Depuis les Rivers of the Far West, on peut apercevoir une souche près de la rive, à l’angle de la grille du cimetière. Il ne s’agit cependant pas là d’un arbre véritable mais d’un élément de décor. Cela signifie que sa présence à cet endroit précis est intentionnelle si elle a été fabriquée et installée là. La forme et la texture du tronc ressemblent d’ailleurs à celles d’un chêne.

Un concept art de Frontierland nous donne un indice supplémentaire à ce sujet. Sur cette illustration réalisée par l’Imagineer Nina Rae qui représente le Molly Brown vu depuis Boot Hill, il y a un arbre mort avec une corde au premier plan. Ce détail sert à retranscrire l’ambiance sinistre du cimetière et il était commun d’avoir des arbres servant aux pendaisons dans l’Ouest du XIXème siècle, mais il pourrait aussi faire référence au meurtre perpétré par le Phantom. Coïncidence ou non, un nœud coulant a été rajouté sur l’arbre de la scène de l’invitation du Phantom en 2019. Si il s’agit bien du même arbre, il serait alors situé non loin de la tombe d’Henry Ravenswood, le Phantom en personne. On pourrait expliquer l’absence de l’arbre à Boot Hill par sa disparition pendant le tremblement de terre de 1860 ou après. En effet, la zone du cimetière avait été sévèrement touchée par le séisme comme en témoignent des parties écroulées à cet endroit. Rappelons que Frontierland représente Thunder Mesa plusieurs décennies après ces évènements, le paysage a donc eu le temps de changer. Le chêne existerait cependant toujours dans Phantom Canyon, une version spectrale de la ville effondrée.

Alors est-ce le même grand chêne défraîchi à chaque fois ou des arbres différents ? Ou s’agit-il seulement d’un élément de décor sans grande importance ni symbolique ? A vous d’en décider. J’ai simplement trouvé que ce sujet, à première vue anecdotique, était intéressant à analyser. A titre personnel, il me rappelle également l’arbre de fer dans la chambre des supplices du Fantôme de l’Opéra parce qu’il est aussi muni d’une corde de pendu. Cette pièce est un piège destiné à ceux qui tentent de pénétrer dans l’antre souterrain d’Erik le fantôme et, dans cette épreuve sadique, la corde est une échappatoire. Le roman de Gaston Leroux ayant inspiré en partie l’attraction, la ressemblance n’est peut être pas anodine.

#Galaad Spectre

*************************************************

The Dead Oak Tree

Tall gaunt trees are part of the classic horror imagery, set around cursed places and haunted houses. Why are they so scary ? Because plants, usually symbols of life becomes symbols of death once deprived of their green and sometimes, dry branches look like menacing skeletal arms. Same for the deep and dark forests, kingdom of the unknown, which scare humans since the beginning of time. Dead or unmaintained vegetation on the site of a lived-in place is quite dismal. So was the intention of Imagineers when they have concieved Phantom Manor. The messy garden and the ramshackle facade are signs that this manor is supposed to be abandonned.

This is a well-known fact that Disney Parks’ green spaces are well maintained. Vegetation also contribute to the narration and Phantom Manor’s case is a good example. The Ravenswood Manor was constructed upon a Hill overlooking the Thunder Mesa. It’s implanted on the edge of town, near a forest of pine trees. This is interesting to notice that this forest is pictured on concepts art, models and even on the attraction’s poster. It add to this sinister ambience of isolation and threat. The house and its surroundings were conceived as a whole picture to visually tell a story and set the mood immediately. On the technical side, these pines marks Frontierland’s space and hides the backstage area.

The pines are also represented in a stylized way inside the ride, in the graveyard scene to be exact because this place is supposed to be the Boot Hill cemetery, next to the manor. But they are not the only trees in this scene : a big and almost dead oak is set among the gravestones , with a raven perched on one of its crooked branches. A tomb has been freshly dug at its roots by the Phantom, still holding the shovel. The tree is clearly identified as a oak thanks to the peculiar shape of its leaves. A similar scene is repeated later in the ride in Phantom Canyon. We see the skeleton again, gesturing toward an open coffin. Once again, he is pictured under a gaunt oak with a raven near the manor. As these scenes shares such similarities, we can ask ourselves if it is the same tree and the same place.

Another intriguing tree is visible on two of the attraction’s portraits since the 2019 refurbishment. The painting in the Foyer shows Melanie and Henry Ravenswood with the manor and a tree in the background. It has four scratched hearts engraved on its trunk refering to the young lady’s suitors and a noose is hanging on one of its dry branches. When the picture transforms to reveal a happy vision of the past, the hearts disappear to leave only one and the noose is replaced by a swing that symbolizes these times of innocence. Later, in the gallery, the ‘duellists’ portrait  depicts the same place as the swing proves it.

But, unlike the pines, this tall tree clearly depicted on the right in front of the manor doesn’t seems to exists under a physical form in the land itself…unless…

The following of this article will enter into the theory domain to find the location of this tree and try to establish a coherence between all these elements.

Almost all the concepts art and models shows a big dead tree in the Ravenswood Manor’s gardens. This detail, apparently harmless, seems yet to have its importance judging by the recurrence. However, there is no similar tree visible near in the landscape and all the plants are alive. In reality, there actually were two trees that could have fitted and that were there during the early years of the park. One of them was planted on the right side, at the house’s angle but was removed in 2001. Its removal was probably motivated for security and aesthetic reasons. The other, a more plausible candidate, was a tall uprooted tree laying on the ground in font of the manor. There even was a time when both trees could be seen together in the garden. It was intentional to let it this way but it was progressively removed over the years, only leaving some branches under the growing bushes. The last remains disappeared with the 2018 outdoor refurbishment. In the context of the story, this tree used to be standing up during the manor’s glorious era and then died and fell after the tragedy that struck this place. The location of this fallen tree can match the one from the paintings and even be the one we can see behind the Grand Staircase window (also a oak). Moreover, in the new version, Melanie is looking at the window, echoing her dummy located behind the central  window of the front façade, seeing from the outside. Being able to see it from the inside while it’s not outside anymore could be explained by a temportality change or an effect of the curse – « But things are not always as they seems »

Concerning the Phantom’s oak, it also have a potential location outside the attraction. The Graveyard scene in the ride depicts Boot Hill but there is apparently no oak in this area of the park…well, yes there is ! We can spot a tree stump from the Rivers of the Far West, at the angle of the cemetery fence. This is not a real tree but a a fake one part of the set. This mean that its presence there is intentional if it was created specifically and placed there. The form and texture of the trunk reminds of a oak.

A concept art of Frontierland gives us another clue about this subject. On this illustration made by Imagineer Nina Rae and depicting a Molly Brown view from Boot Hill, we can see a dead tree with a noose in the foreground. This detail was added to add to the spooky ambience of the cemetery, as hanging were common in the XIXth century Wild West, but maybe also as a reference to the Phantom’s crimes. Coincidence or not, a noose was added to the tree in the Phantom Invitation scene in 2019. If it is the same tree, it is not far away from Henry Ravenswood’s grave – the Phantom in person. We could explain the absence of this tree in Boot Hill by its disappearence during the 1860’s earthquake or later. Indeed, this area was highly impacted by the quake as shown by the collapsed grounds. Let’s remember that Frontierland represents Thunder Mesa as it was a few decades later after these events so the landscape had time to transform. However, the oak would still exists in Phantom Canyon, a ghostly version of the town.

So is it the same big old gaunt oak all along or differents trees ? Or is it only a non important set piece deprived of symbolic ? It’s up to you to decide. I only thought this subject, even if it seems anecdotic, was interesting to analyze. Personally, this also reminds me of the metal tree in the Phantom of the Opera’s torture chamber because it also have a noose. This room is a trap set to those who tries to enter Erik (the Phantom)’s domain. In this sadistic test, the rope is the hopeless solution. As this novel from Gaston Leroux officially inspired the attraction, the ressemblance may not be a coincidence.

#Galaad Spectre

SOURCES :

Photos 2014 https://www.trips-n-pics.com/disneyland-park.html

https://dlpicsou.wordpress.com/2019/05/24/portraits-de-phantom-manor/

https://www.facebook.com/EuroDisneyRetro90

https://www.facebook.com/disneypixx

http://www.charactercentral.net/L448_DisneyCharacters_DisneylandParis_ParcDisneyland_PhantomManor.aspx

Special thanks to Jim Zaal and Julien from Disney Retro 90 for their pictures